Le prêt-à-collectionner


En 1993, quand le soufflé du pin's est retombé, les sources d'émission de nouveautés se sont taries. La fièvre du grand public est redescendue à des valeurs normales, les collections ont rejoint les tiroirs, les bourses et salons se sont espacés puis ont cessé, le calme était revenu après la tempête.
La facilité à écouler un stock de pin's dont on avait lancé la fabrication a vite connu son terme, les dernières productions sont restées sur les bras de leurs commanditaires. La mise de fonds que constitue l'émission d'un pin's implique l'évaluation de risques commerciaux sur lesquels plane le spectre des invendus.
Le marché s'étant très soudainement refermé, les cohortes d'apprentis entrepreneurs opportunistes ont tempéré leur enthousiasme et se sont dirigés vers d'autres activités plus sûres.

L'avènement du pin's en émail de synthèse sur zamak, de fabrication plus simple et facile, a permis de relocaliser l'activité en Europe et de s'affranchir de la sous-traitance asiatique. Petit à petit se sont constitués de nouveaux pôles d'émissions visant tout particulièrement le marché des collectionneurs non découragés par les événements.
L'exercice réclamait de cibler avec la meilleure acuité possible la demande potentielle de ce nouveau marché. Il s'est donc agit de déterminer les thèmes de collections les plus porteurs et de les alimenter par des tirages quantitativement assez limités garantissant un prix artificiel de l'objet et une concurrence d'acquisition nécessaire.

Ont donc fleuri de nombreuses émissions, postérieures à 1995, de pin's entrant par leur dessin dans les divers principaux thèmes de prédilection des collectionneurs : sports, montgolfières, TINTIN, Champagne, ferroviaires, automobile, pin'ups,  etc ... Le ridicule de cette juxtaposition hétéroclite sur une seule pièce est patent, une véritable négation du fondement même de l'objet dont la vocation repose sur une démarche de communication et/ou de publicité de la vie réelle.
Nous sommes devant une de ces aberrations que génère le consumérisme débridé prôné par le culte de la libre entreprise.

Je ne fournirai pas de nombreux exemples des manifestations de cette perversion qui touche bien d'autres domaines du patrimoine culturel suscitant collection, De telles initiatives ne méritent pas d'être soutenues et de figurer dans les tablettes, mais elles existent et appellent quelques critiques et mises en garde.
Ces pièces sont très souvent déclinées en de nombreuses variantes de couleurs pour démultiplier leur impact, le collectionneur supportant mal la frustration de la série incomplète. Elles sont aussi issues de faiseurs isolés qui ne maîtrisent pas toutes les compétences en jeu. Contrairement aux grands fabricants qui disposaient de tous les talents nécessaires aux divers stades d'élaboration d'un projet, les nouveaux pourvoyeurs de pin's donnent dans l'imitation approximative.
Je n'ai donc retenu qu'un seul exemple, mais le plus représentatif possible, pour illustrer mon propos. Outre son caractère largement racoleur, la pièce est un archétype de la laideur dans toutes ses composantes. Je ne vous en ferai pas le détail, ce pin's défie toutes les lois du savoir-faire.
Quant au prétexte de justification de cette initiative grotesque, il procède de l'escroquerie intellectuelle.

 
Liege 2014 cyclisme 1

 
Liege 2014 cyclisme 3

 
Liege 2014 cyclisme 2

 
Liege 2014 cyclisme 4

 
Ce genre de réalisations conduit à aborder la notion d'authenticité, la collection de pin's n'a de sens, pour moi, qu'en se focalisant sur les plus belles, les plus rares et les plus représentatives des expressions de cet art discret et minimaliste qui consiste à enfermer tout un concept esthétique, graphique et stylé dans quelques millimètres carrés d'émail et de métal.
Exercice périlleux et exigeant s'il en est, tant sont nombreuses les contraintes techniques qui viennent s'y ajouter.

Au jour d'aujourd'hui je nourris le vibrant espoir de voir un jour le pin's acquérir ses lettres de noblesse en se débarrassant de la myriade de scories qui plombe sa considération publique. Il faudrait se résoudre maintenant à détruire les tonnes de pin's qui n'en méritent pas le nom.

C'est à tout un chacun d'initier ce tri et le recyclage nécessaire qui en découle.



Certificat


 

Date de dernière mise à jour : 23/07/2019