La Scala de Paris

Comment vous présenter deux très belles séries de pin's, concernant un sujet qui ne me passionne pas, mais dont on ne peut faire abstraction étant donné leur niveau de qualité ? Avec humour bien entendu ! Humour que je suis allé chercher dans les commentaires d'un forum de clubbeurs. Ces évaluations critiques ne manquent jamais de tournures croustillantes et nous révèlent de véritables tranches de vie.

Ces pin's magnifiques sont signés LMI - PARIS comme l'on pouvait s'y attendre, émaillage et polissage parfait, couleurs chatoyantes, et un visuel baroque flamboyant pour encadrer le logo LA SCALA, night-club parisien célébrissime mais aujourd'hui quelque peu suranné, au 188 bis rue de Rivoli, à proximité du Palais Royal et du Louvre.

La première série, la plus ancienne, est datée de 1986 et comprend quatre pièces déclinées en bleu, rouge, jaune et vert.

 

La scala 2

 

La seconde, plus récente mais non datée, ne comprend que trois pièces, verte, rouge et bleue, de taille plus grande que les précédentes, elles atteignent 45 mm de haut. La reproduction ci-dessous vous permet d'apprécier cette différence en comparaison avec la version jaune de la première série.
 

 La scala 1

 

Disco et Millau

Impressions de clubber :

Dire que la Scala est un lieu sordide est une fable répandue dans la capitale. Affirmer, en revanche, que c'est un lieu débordant d'énergie ou il n'y a aucune barrière sociale, et qu'il s'agit en conséquence d'un endroit à défendre, n'est pas non plus la réalité. La vérité me semble ailleurs...

Certes, la Scala ne déborde ni par son originalité, ni par une musique recherchée, et alors ? Ici se pressent banlieusards et provinciaux, plus quelques rares parisiens, souvent nouveaux venus, et qui n'ont pas eu le temps d'affiner leurs recherches pour trouver discothèque plus en phase avec leurs goûts. Je pense que ceux qui viennent à la Scala aujourd'hui savent ce qu'ils veulent, à savoir s'amuser sans limite sur de la musique commerciale, sans tenir compte du voisin ou des effluves parfois désagréables, tout en se pavanant comme de "vrais" parisiens dans un espace immense.

On aime, on aime pas, mais, après tout, si la Scala est si décriée, c'est bien qu'elle est connue comme étant le seul complexe nocturnes digne d'une zone industrielle en plein Paris. Et rien que pour ça, chapeau. Mais rien que pour ça seulement.

Clubbing 0

Impressions de clubber :

La Scala, c'est une institution. J'en avais beaucoup entendu parlé, alors Go, on teste.

Bon une fois, c'était drôle. Maintenant c'est rigolo quand on veut se faire une soirée kitsh, si on y vient en groupe, décidés à se marrer vaille que vaille. Pas de soucis pour danser, il y a la place. C'est grand. Tellement grand qu'on ne se rend pas compte qu'il y a du monde. Ou alors il n'y a vraiment personne. Au choix.

Faut y aller une fois, parce que la Scala, c'est mythique, mais c'est aussi sans grand intérêt.

 

Impressions de clubber :

La scala ; c'est une boite de nuit destinée aux touristes français qui passent le weekend dans la capitale. Enfin, une des seules boites ou l'on pouvait y pénétrer il y a bien dix ans de cela.

L'ambiance reste formelle ; une ambiance de grosse boite de nuit avec plusieurs salles, de la lumière tamisée et des sièges en nylon.


 

Date de dernière mise à jour : 06/07/2016