Le Petit XXème


Vous avez très certainement remarqué une recrudescence de pin's Tintin arrivés récemment sur le marché, le plus souvent en provenance d'Espagne. Cette production se distingue par un dessin très approximatif, une composition d'image assez simpliste et une multiplication pléthorique de variantes de couleurs, toutes plus fantaisistes les unes que les autres.
Cette démarche, qui n'a que des objectifs lucratifs, ne sert pas la passion pour l'œuvre d'Hergé et ne trompe pas les amateurs éclairés en quête d'authenticité. Voici quelques exemples des manifestations de ce fléau, à connaître pour s'en défendre et à vite oublier.
 

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
Heureusement toutes les initiatives de production de pin's actuelles ne sont pas motivées par la perspective d'argent facile. Certaines émissions, le plus souvent en contingent limité et sans variantes de couleurs, sont dictées par l'admiration immodérée et le culte bien justifié d'une saga bande dessinée exceptionnelle par sa richesse scénaristique et le foisonnement des personnages de caractère rencontrés tout au long de ces merveilleux albums.
C'est le cas de cette série de cinq pin's présentées ici, un ensemble qui s'adresse à tous les tintinophiles distingués puisqu'il évoque la génèse du petit héros belge et sa naissance dans les pages d'un hebdomadaire destiné à la jeunesse : Le Petit Vingtième
 

 
< A G R A N D I R >



Ci-dessous sont reproduits les cinq pin's, suivis des cinq sérigraphies modèles et complétés des couvertures originales du Petit Vingtième.

 
La série, de très belle qualité, est limitée à 50 exemplaires ce qui en fait un collector recherché. Elle reproduit cinq couvertures du Petit Vingtième empreintes du charme des premiers dessins hergéens. Tintin n'a pas encore trouvé sa pleine identité et évolue seul contre quelques forces antagonistes. En fait ce ne sont pas les couvertures réelles de ces cinq numéros du Petit Vingtième qui furent utilisées mais des versions épurées ayant servi à composer des tirages de sérigraphies chez différents éditeurs spécialisés. La "remasterisation" de ces dessins convenait particulièrement bien à la confection de posters décoratifs et à une mise en pin's.


< A G R A N D I R >


< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

 
< A G R A N D I R >

  
Avec le recul on peut mesurer aujourd'hui la révolution que constituait à l'époque cette parution du Petit Vingtième. De 1928 à 1940 les jeunes lecteurs belges découvrent l'essort de la bande dessinée moderne à travers les tribulations de jeunes héros comme TintinQuick et Flupke, Polpol et Virginie ou Jo, Zette et Jocko. Cette aventure éditoriale enfantera de l'œuvre mondialement célèbre qui passionne encore aujourd'hui de manière transgénérationnelle. Tonnerre de Brest ! Quel journal !

 

Le petit xxeme 23 bis

Date de dernière mise à jour : 25/01/2021